#0530.090218

Fi de l’approche comportementale, foin de l’éducation : nos rapports avec l’enfance se font parfois au quotidien et nulle méthode théorique ni expérimentale ne peut suppléer l’état de sidération qui s’empare de nous face à ces protagonistes. Nous savons, depuis l’existence de cette catégorie de farceurs que sont les pédagogues, que l’espèce puérile est composée d’êtres... Lire la suite →

Publicités

#0516.260118

Quant à ce que vous me narrez de l’innocuité du genre enfantin, je la considère avec effroi. Ces créatures sont sournoises et méditent, j’en suis sûr, contre l’espèce humaine en ce qu’elle a de plus cher. Les exemples sont innombrables qui dévoilent leur volonté de précipiter notre dignité au plus bas. Voyez donc ce que... Lire la suite →

#0502.120118

« Approchez madame, approchez monsieur. Ne craignez pas la lumière timide que je prodigue sur mes bocaux. Trop de visibilité rendrait leur contenu prosaïque et susciterait votre désintérêt. Ce clair-obscur, également, me plaît. Aussi je peux lire les sentiments qui vous animent lorsque je vous montre mes échantillons et je peux deviner ce qui vous agréerait... Lire la suite →

#0488.291217

Tous les mois, les condamnés sont menés sur le pont qui enjambe un bras du Fleuve. Je les fais aligner entre deux soldats qui les maintiennent au-dessus du vide. Le pont est long. Ainsi je peux placer une trentaine d’individus encadrés par des gardes, ce qui représente une foule de quatre-vingt-dix hommes. Les condamnés sont... Lire la suite →

#0474.151217

La pluie qui tombe. Le remorqueur, noir, un scarabée sur les flots, vibrant de ses diesels, passe sur l’avenue centrale, entre les poteaux électriques et les récifs des toits. L’eau, jaunâtre, se ride d’un courant paresseux et puis, au brassage de l’hélice, devient piquetée de déchets à la putréfaction lente que les gouttes de pluie... Lire la suite →

série#07SDT.30

   Où l’on prend congé du Ténébreux Vint le temps de mourir pour Le Ténébreux. Les batailles, les privations, la nécromancie, la dureté des contrées arides à la terre rouge l’avaient prématurément vieilli. Son ombre errait dans les franges, à la lisière du regard, au moment précis où l’œil perdait le contact, où la périphérie... Lire la suite →

news#0193

Yves Letort et Sylvain-René de la Verdière sont au sommaire du premier numéro du Novelliste, une nouvelle revue à ne manquer sous aucun prétexte.  

série#07SDT.29

   Dans lequel on constate que le péril peut se trouver dans la descente La bâtisse à flanc de montagne semblait se perdre dans les cieux. Elle ne possédait aucune ouverture, ressemblait à un monolithe blanc et lisse qui tranchait sur le fond ocre du relief. Deux cages en osier reposaient à terre, au bout... Lire la suite →

série#07SDT.28

   Où la tempérance est certes économe, mais bien ennuyeuse La cité s’étalait dans le cratère, illuminée, bruyante. Le domestique : « Y allons-nous ? »  Il ne le fallait pas, non. Le Ténébreux et son compagnon étaient riches d’une rapine récente. S’il tenait à tout perdre, il lui suffisait de descendre là. Il y dilapiderait son or comme... Lire la suite →

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑