#0731.061218

J’aimerais vous faire part très succinctement d’une coutume que j’ai découverte lors de mon voyage au Tirkstan ; je pense que vous en apprécierez l’exotique raffinement.

Dans une arène de marbre ceinte de gradins remplis de spectateurs de tous âges, entrent les deux plus belles femmes du pays. Leurs gestes sensuels et leurs parfums suffisent déjà à exciter admiration et jalousie, mais lorsqu’elles commencent à danser en tournoyant vers le public, posant leur regard d’émeraude souligné de khôl sur chacun et chacune, une insane frénésie gagne alors le cœur de tous.
Ensuite pénètrent deux molosses, de massifs mâtins pareils à de nobles cane corso ayant triplé de volume. Alors les princesses fuient l’attention que leur réclame le public pour aller faire tinter leurs grelots à destination des dogues dont on dirait que l’on a aiguisé les crocs.
Quelque chose de malsain et de révoltant se passe ensuite lorsque les demoiselles s’effondrent au sol parmi leurs soieries, hurlant d’extase et de terreur cependant que les monstres canins aboient, hurlent et menacent. Dans le public, déjà, l’on a commencé à s’arracher les cheveux, la barbe, les vêtements, on se griffe et on se mord de frustration de ne pouvoir porter secours – car tout le monde est ferré à son banc.
Dès que le premier sang féminin a perlé au sol, des lames se mettent au clair et brillent dans la foule. On se mutile, on maudit, on invoque des dieux oubliés, inconnus ou inventés, on s’énuclée, on se brise les membres ; les dames se percent avec leurs aiguilles, les enfants s’amputent de leurs doigts avec leurs dents de lait. Une démonstration de macérations comme on n’en a rarement vu même dans les cellules des plus parfaits martyrs.
Le sang se mêle au sang, aux chairs et aux cheveux, les hurlements aux cris, et, dans un chaos de souffrances extatiques, certains se donnent la mort cependant que d’autres s’écorchent au knout.
Un cul-de-jatte à la peau parcheminée de symboles mystiques rampe jusqu’aux femmes lorsque l’une d’elles semble avoir été abandonnée par la vie. Quand la mort a été déclarée, la survivante doit désigner celui qui, dans le public, aura été le moins zélé ; il sera jeté dans le grand jardin servant de domaine aux chiens et leur servira de pitance jusqu’à la prochaine représentation. La défunte, elle, sera momifiée et inhumée dans la crypte où l’on peut passer une nuit en échange de trois litres de son propre sang qui seront versés dans un puits réservé à l’adoration d’une déesse au nom secret.

Tradition du Tirkstan//Francis Thievicz ©

Publicités

#0730.241118

Seule la plèbe s’extasie de l’éclat clinquant des gemmes ; les esthètes et les rêveurs savent que, davantage que la valeur marchande, ce sont les tragiques éclats, le sang versé, les péripéties, l’exaltation de passions ténébreuses qui dotent certains bijoux d’intérêt.
Par un curieux hasard je retrouvai le médaillon passé au poignet de miss Margaret. Elle le gardait sous ses manches, mais le besoin était trop impérieux pour qu’elle ne pût modérer ses discrètes consultations.
Je l’avais possédé, à cet âge où l’on n’a rien sinon ses espoirs. Je ne me souviens plus comment je l’avais acquis ni comment je l’ai perdu, mais ce médaillon était la seule chose qui méritât alors d’exister à mes yeux. Sans cesse l’ouvrais-je pour contempler ce camée aux envoûtants reflets nacrés.
Je l’avouai à la pâle miss Margaret mais elle réfuta que ce fût le même :
« Elle n’a jamais été qu’à moi. Quiconque l’a naguère possédée n’a jamais percé son secret. Vous pouvez l’avoir observée, vous pouvez en avoir été le propriétaire, mais elle a toujours été mienne.
— Allons, très chère, je sais ce que vous vivez pour l’avoir moi aussi éprouvé.
— Mensonges ! Savez-vous qu’elle tire parfois un éventail chinois caché dans ses cheveux pour se rafraîchir ? L’avez-vous déjà vue passer ses délicates mains sur sa gorge pour se parfumer en se caressant d’un mouchoir trempé d’huiles rares ?
— Je le sais.
— Mensonges !
— Je le sais, car moi aussi je lui donnai mon sang par cette aiguille creuse saillant du fermoir.
— Vous aussi…
— Mais il n’y a là qu’aride science et perfidie.
— Non ! Elle brode des poèmes dans les ténèbres qui l’entourent. Affamée, elle murmure des mélopées solitaires ; ivre de ma vie, elle chante des arias blasphématoires me consacrant déesse de toutes les déesses.
— Une drogue qui remonte par l’aiguille, rien de plus. »
Elle nia, elle ouvrit le médaillon et me montra la femme gravée là, mais je lui fis remarquer que le portrait restait inerte et muet. Elle protesta, pleura, pesta, se piqua à maintes reprises jusqu’à répandre du sang sur ses toilettes et au sol, puis elle me congédia sans obtenir mon approbation.
Bientôt miss Margaret perdra, elle aussi, le médaillon. Elle m’accusera et je nierai, cela durera un mois, peut-être deux, et, comme moi, elle l’oubliera. Un ou deux mois à tenir sans partager ma vie avec l’ineffable ange, et enfin retrouverai-je celle qui, depuis si longtemps, avait laissé cet incommensurable vide dans ma vie.

Le médaillon empoisonné par un ange//Francis Thievicz ©

#0729.141118

Assurément me traitera-t-on d’acrimonieux, mais je pense que ceux qui n’en ont qu’après la vie ne sont que des timorés, des résidus de fausses-couches pataugeant joyeusement dans leurs langes souillés.
Comme tout un chacun j’avais lu ces faits-divers relatant des suicides par précipitation, mais cette méthode est tout aussi douteuse qu’hasardeuse, voilà pourquoi je préférai avaler une pleine fiole de laudanum suivie d’autant de rasades que peut en contenir une salvatrice bouteille d’absinthe.
Si j’avais pu alors penser, j’aurais été serein, repu de plénitude, dans mon cercueil proprement inhumé ; mais la mort n’est pas la sœur de la vie pour rien, elles ont toutes deux cette même catin d’Existence pour mère, et ce cuistre de Cronos pour père acharné.
On me tira du trépas à coups de pieds dans le visage lorsqu’on abattit le plafond de mon antre mortuaire ; puis on me tira par les cheveux et me jeta sur une charrette. Je jouai au cadavre, espérai quelque œuvre de résurrectionniste, une destination universitaire où du moins pourrais-je espérer obtenir un poison efficace ou quelque outil nécessaire à mon désir de périr.
Ô fortune félonne, Ô traîtresse promesse de paix éternelle ! Ne fallut-il pas seulement que j’endurasse à nouveau la vie mais que je tombasse sur le seul nécromant réellement érudit en matière d’arts noirs ! Par les pendules, les visions, le magnétisme et autres goéties, il trouva la sépulture de celui qu’il pourrait reclure dans ses geôles et sur lequel il expérimenterait vivisections et autres infâmes opérations.
On sectionna mes tendons d’Achille, on cousit ma langue à mes lèvres pour m’empêcher de parler, on para mes épaules de carcans d’airain pour que je ne puisse me débattre.
« La vie n’est qu’une étincelle, une escarbille de rien du tout ! renâclait le visage parcheminé du nécromant. Comme cette bougie, il te suffit de souffler la flamme pour t’éteindre, mais tu crains les ténèbres. Tu n’es qu’un éclat piégé dans un déguisement de chairs. »
Je l’ai vu révéler cette lueur à la faveur d’éviscérations et d’élixirs, je l’ai vu y puiser flamme pour s’allumer une pipe, j’ai, sans aucun doute possible, vu ce qui chatoie en moi et qui m’interdit de me dissoudre dans ce vaste néant qu’est l’existence, et j’ai voulu mourir – combien l’ai-je ardemment désiré ! – pourtant je suis encore là…
On m’assassine, on m’asphyxie, on vide mes veines, on m’inocule toutes sortes de poisons, mais il suffit de me secouer un peu pour me tirer de ce simple sommeil qu’est le trépas.

Lucifuges 4 : Le mort flamboyant//Vid Nichtakovitch Toth ©