prix#2017.2

Prix Émilien Lépingle

LE SACRE DU PRINTEMPS, Alice de Castellanè

Le sol vibre sous les pas ramassés des danseurs. Les feuilles tremblent, mes oreilles bourdonnent. Le tonnerre des bombos anesthésie les sensations. Les hommes ne font qu’un, lancent leur puissant message aux cieux.
Je me présente à eux, revêtue d’un voile translucide. Leurs cris sauvages m’accueillent, entre espoir et terreur. Les percussions s’emballent, leurs danses se font possédées. J’élève les bras, provoquant devant leurs yeux un déluge de mille prismes. La chorégraphie s’affole, les pieds s’enchevêtrent, se heurtent. Les sons crissent, affluent vers les aigus. Je m’avance, lumière crue. Dans mon sillage, des hommes se pétrifient. D’autres s’enfuient, abandonnant derrière eux instruments de musique et de torture.
Le bûcher rougeoie, fume et mon corps n’est que charbon. Le sacrifice a été vain. Je n’apporte ni le soleil ni la pluie, promesses de moisson féconde. Je ne suis pas la messagère des dieux tant espérée. Juste un miroir d’épouvante qui reflète leur propre noirceur hideuse. Une vision d’enfer qui hantera leurs jours et leurs nuits, qui les poursuivra, de père en fils, jusqu’à la vingtième génération.

prix2017printemps
Illustration//Pascal Dandois

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :