série#07SDT.03

Yves 03-La forteresse

   Où le printemps est goûté par notre héros et son domestique

La forteresse s’étalait longuement sur une ligne de crête. Ses murs massifs avaient inlassablement veillé sur le destin de toute une contrée et résisté à toutes les armées durant des centaines d’années. Les flambeaux qui, jadis, les couronnaient, éclairaient d’une flamme, rendue vacillante par le vent des cimes, l’agonie des assaillants. Le pied des fortifications était baigné de sang, à commencer par celui des esclaves qui les avaient édifiées. Désormais, seule l’infinie poussière rouge, insinuée dans l’intimité de ses recoins, rendait hommage aux anciens désastres. La forteresse était déserte, les innombrables salles avaient été dépouillées du moindre marbre, de la plus futile illusion en stuc. Là, à la pointe de l’hiver, le Ténébreux et son domestique avaient élu domicile. De grandes flammes, alimentées par un bois victime d’une étrange dessiccation, maculaient les plafonds de traces fuligineuses. Ils nourrissaient le feu avec les restes de mobilier trouvés dans chaque chambrée. Plutôt que de se livrer à des trajets de plus en plus éloignés du foyer, ils transportaient celui-ci à proximité des tas informes qui avaient été des meubles. Cette errance de salle en salle dura, parce que le nombre en semblait infini. Le vagabondage de la flamme, d’une nuit à l’autre, avait alerté la vallée. Il apparaissait qu’une nouvelle armée avait installé ses pénates derrière les antiques murailles. La nouvelle s’envola vers les campements. On répara les vieux pierriers, les mangonneaux, les catapultes. Les exercices reprirent entre les tentes. L’hiver s’acheva vite. La clémence du climat appelait à la guerre. Les osts se mirent en marche lentement, comme des géants après un long sommeil. Les colonnes se rencontrèrent en contrebas des crêtes. Le massacre remémora à l’âme de la forteresse son ancienne splendeur.
Ce fut ainsi que Le Ténébreux et son domestique, partis aux redoux, respirèrent la saveur du printemps tandis que d’autres expiraient sur les pentes de la forteresse.

Saga du Ténébreux : épisode 3//Yves Letort ©
Illustration//Férid Khalifat ©

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :