série#02LAL.054

La planète Béta1 abritait tous les déviants de la galaxie, mais elle avait peur des canons à ultra-ondes comme tous les autres mondes. Elle laisserait les deux vaisseaux repartir sans trop l’ouvrir. De toute façon, les acheteurs avaient bien vu les signes fédéraux qui marquaient le monstre d’acier et la cargaison. Ils avaient quand même tenté leur chance et ils avaient perdu. Bob Véga les abandonna à leur triste sort et partit pour le spatioport le plus proche. Le mécanique responsable de la base lui dit que Mécaniseum avait pris un billet pour la planète Santor94 sans même chercher à cacher son identité. Bob ne prit pas sa capsule pourrie. Il rappela la Fédération sur ligne sécurisée et leur demanda de la rapatrier avec eux lorsqu’ils récupéreraient le reste de leur matériel. Il prit un billet en première classe pour Santor94 et picola des psychotropes pendant tout le trajet, aux frais de ses employeurs. Il arriva sur la planète saoul à mort.

Cette dernière ayant signé la Charte de la Fédération Galactique, les autorités portuaires le mirent immédiatement aux fers afin qu’il dessoûle. Il reçut une amende de cent mille unités locales et fut relâché après un sermon du chef de la station, un dénommé Hanam. Bob s’en foutait. Il venait de toucher la prime pour avoir retrouvé le vaisseau Orion 14 et la cargaison de plusieurs millions de tonnes fédérales. Il était financièrement le roi du monde. Il se posa dans le premier hôtel borgne qu’il trouva et se lâcha dans une boutique de reprographie. Il se fit fabriquer des hologrammes de Mécaniseum et inonda toutes les bases de Santor94 de sa sale gueule ferrailleuse. Son boîtier reçut des milliers de messages car Bob, ce salaud, avait promis une forte récompense payée par la Fédération, gage de sûreté. Il demanda l’aide de la police locale qui vérifia toutes les pistes proposées.

Ce fut un petit réparateur local de machines qui gagna le jackpot. Mécaniseum était chez lui en pleine révision graissage vidange quand Bob l’alpaga. Bizarrement pour un tueur sanguinaire, il n’opposa aucune résistance. Au contraire, il avait l’air content d’avoir été retrouvé par les gars de son entreprise de construction. Bob le ramena à son hôtel et lui brancha un lecteur d’UMF afin de lire ses données.

Les Archives Lumière 1.03//Francis Péhot ©

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :