reboot#0005

AVERTISSEMENT

Les deux Zeppelins seront rebootés à partir d’aujourd’hui, premier septembre 2018. L’ensemble des brèves publiées à ce jour seront supprimées petit à petit et constitueront l’éphémère Saison 5.
Il ne vous reste donc plus que quelques jours pour compulser les micronouvelles actuellement en ligne avant qu’elles ne disparaissent.

Nous remercions chaleureusement l’ensemble des auteurs qui ont participé à cette cinquième saison, d’autant qu’elle revêt un statut particulier. D’aucuns auront d’ailleurs constaté que notre appel à texte est clos depuis plusieurs mois.

Quid de la Saison 6, alors ?
Les deux Zeppelins font une escale. Après cinq années, 722 brèves et 8 feuilletons de 45 auteurs et 13 illustrateurs, il est temps de se mettre en chantier.

Parbleu ! Il n’y en aura donc pas ?
En fait si, mais le rythme des publications ne sera pas aussi soutenu. Il nous reste quelques brèves inédites acceptées avant la cloture de l’appel à textes et il est hors de question qu’elles passent à la trappe. Attendez-vous donc à les voir apparaître au compte-gouttes avant fin août 2019. Il se peut également que nous publiions le feuilleton de Sylvain-René de la Verdière intitulé « Le Carnet d’Émilien Lépingle », que nous vous avions annoncé pour cette Saison 5, mais qui est resté au fond des tiroirs.
Aucune réouverture de l’appel à textes n’est prévue, en revanche.

Alors c’est la fin ?
Des Zeppelins tels qu’ils l’ont été depuis 2013, oui. Outre ces textes inédits, notre priorité pour l’année à venir est de nous pencher sur la réalisation des volumes d’archives papier à destination des auteurs, qui ont pris du retard (vraisemblablement 2 volumes pour chacune des Saisons 4 et 5). Ensuite, nous verrons bien. Quelques idées fourmillent ici ou là, mais le chantier n’est pas commencé et ne le sera pas tant que les recueils d’archives n’auront pas vu le jour. Nous continuerons quoi qu’il arrive d’annoncer les parutions de nos auteurs, et nous vous tiendrons informés, ici et sur facebook, de l’avancée des projets.

Rendez-vous, donc, dans un futur indéfini. En attendant, bonne Saison 6 et bonne lecture des textes existant avant qu’ils ne nous quittent.

Publicités

série#08ETB.10

Amon et Spectre se tiennent côte à côte devant la baie panoramique du salon VIP. La surface en nuance de violet, bleu et jaune de Benthlam occupe la moitié gauche de l’horizon tandis que le « Nuage d’Oort », l’élégant yacht de ELO®, achève ses préparatifs d’appareillage.
Le courtier a insisté pour l’accompagner. Sûrement dans l’espoir de la convaincre de renoncer à son projet. A sa grande surprise, il a tenu ses engagements. Elle possède une holo-ID avec un compte créditeur à six zéro et des dividendes qui la mettent à l’abri du besoin pour les deux cent prochaines années. Dans leurs dos les holovids relaient en boucle les conjectures concernant l’explosion qui a rasé l’arcologie de Maas Biolabs®.
— Vous savez. Vous n’êtes pas obligée de faire ça. Partir n’est peut-être pas la meilleure option.
— Je sais mais j’ai trop de mauvais souvenirs ici.
— Dommage vos compétences me seraient très utiles.
Spectre ne répond pas. Elle maudit sa mémoire holographique et les souvenirs indélébiles des substitués qui viennent hanter son sommeil. L’hôtesse virtuelle sort de sa veille prolongée et annonce l’embarquement de son vol. Le reflet de Rose, le visage débarrassé du marqueur fractal invalidant de la caste des répliquants, lui adresse un sourire triste.
— Son code génétique est unique et il y en a déjà eu trois avant le vôtre. D’ailleurs j’attends mon nouvel exemplaire.
Elle chasse de son esprit la vision de Amon agonisant avec le larynx broyé. Sa police d’assurance réveillerait un clone dans la seconde et elle purgerait une peine de recompilation à durée indéterminée pour assassinat d’un haut dignitaire. Or le sacrifice de Limier exige d’elle un comportement exemplaire. Alors, contre toute attente, elle dépose un baiser léger comme le battement d’aile d’un papillon sur la joue glabre du trans-humain avant de s’engouffrer dans le sas qui mène au vaisseau. L’air surpris et embarrassé du morpho vaut tout l’élément zéro de la Fédération.

Étoile binaire 10 : Rédemption//Paul Fichtre ©

série#08ETB.09

Le morpho se ratatine un peu plus quand il aperçoit le détonateur thermique dans les mains de Limier. Spectre se métamorphose à nouveau en Rose pendant qu’il piège le corpo avec un dispositif homme mort.
— Comment faites-vous ?
— Comment je fais quoi ?
Limier pousse le trans-humain devant lui en maintenant le canon de son fusil d’éclaireur sur sa nuque et en le tenant de la main gauche pour s’en servir de bouclier. Spectre a récupéré le sac contenant l’antidote et les preuves incriminant Mass Biolabs®.
— Vous êtes gris. Je ne lis pas votre avenir.
— Aucune idée. Mais vous allez nous conduire jusqu’à votre navette suborbitale.
— Ils ne vous laisseront pas décoller.
— C’est ce qu’on verra. Avancez !
Des agents de sécurité en armure de combat occupent les deux côtés du corridor. Les télémètres de leurs armes agacent les combinaisons furtives des deux fugitifs. Quand ils détectent l’explosif capable de rayer le complexe de la surface de Benthlam, ils revoient leur stratégie à la baisse en les menaçant à une distance respectueuse. Ils parcourent des espaces désertés afin que la milice corporatiste génère un minimum de dommages collatéraux.
Le hall de l’astrogare prend des allures de théâtre improvisé où une chorégraphie mortelle se joue sur un air de déjà vue. Limier apprécie la brise légère dans ses cheveux, le doux parfum des fougères violettes, la beauté élégiaque de Rose que Spectre imite à la perfection et le calme olympien qui s’abat sur le tarmac à l’heure du jugement dernier.
Le revêtement auto-adaptatif noir et or de la navette réfracte la lueur matinale. Ascenseur bio-technologique automatisé vers une orbite salvatrice pour celle qu’il aurait voulu apprendre à mieux connaître. Les chiens de garde de la méta-corp entourent la piste où il jouera son dernier numéro.
Monte !
Elle hésite, les larmes inondent ses joues mais elle se rue dans l’habitacle. Bien. Le souffle des propulseurs le force à se courber. Sa vie n’a jamais été aussi savoureuse qu’au moment de l’explosion.

Étoile binaire 9 : Évasion//Paul Fichtre ©

série#08ETB.08

Limier atteint une des grilles de ventilation de l’astrogare alors que la sécurité évacue Spectre sur une civière anti-grav. Il plonge dans ses souvenirs olfactifs de la liaison SimStim© pour retrouver l’odeur des vêtements du courtier. Quand il reprend sa reptation, un sourire carnassier retrousse ses lèvres.
La conscience de la métamorphe flotte quelque part entre la blancheur immaculée d’une chambre d’hôpital high-tech et le contact glacé du sol de l’astrogare. Une vague sensation de démangeaison due à la nano-reconstruction parcourt sa cuisse gauche. Puis un visage à l’amabilité perfide émerge de ce brouillard antalgique.
— Bien, si vous demandiez à votre partenaire de se rendre sans faire d’histoires.
— Ce…n’est…pas…mon…
Les muscles de sa mâchoire répondent avec une lenteur désespérante et le morpho qui l’a arrêté doit se pencher pour l’entendre. Grossière erreur de sa part. Elle saisit sa gorge pour le substituer. Au lieu de ça, elle se retrouve avec un disrupteur sur la tempe. La chaise sur laquelle il se tenait à califourchon une seconde avant est rangée et la présentatrice météo redonne la température du cycle en cours.
— Vous comprenez maintenant que votre tentative était vaine.
Son sourire d’holostar s’élargit.
Un putain de précog. Ce mec voit l’avenir. Il sait tout depuis le début mais alors pourquoi me demander de balancer Limier ?
— …partenaire.
— Quoi ?
— C’est un chien de chasse que mon commanditaire m’a flanqué pour éviter que je le double.
Limier observe la chambre à travers le faux-plafond. Le corpo braque une arme sur la tempe de Spectre. Il tire et le trans-humain contemple son moignon tranché sous le coude d’un air incrédule avant d’appeler à l’aide. Il en a profité pour laisser pendre son torse depuis le plafond pour abattre les gardes qui entrent. Puis il saute dans la pièce et saisit la métamorphe pour l’empêcher de substituer le morpho en arguant qu’il leur sera bien plus utile en tant qu’otage.

Étoile binaire 8 : Otage//Paul Fichtre ©

série#08ETB.07

Malgré son conditionnement, Limier se détourne du spectacle de la substitution. Quand il reporte son attention sur Spectre, elle enfile la combinaison du répliquant d’entretien venu inspecter la cheminée. Il la préférait sous l’apparence de Rose.
Il s’infiltre dans les gaines de ventilation pendant qu’elle cherche le laboratoire de virologie. Les couloirs d’un blanc nacré défilent sous les yeux de la métamorphe qui se dirige vers le secteur rouge. Elle ne fait pas que reproduire l’apparence du technicien, elle possède aussi sa mémoire. Il réintègre son sensorium avec une sensation de vertige. Le drone arachnéen au revêtement translucide blanc se tient à quelques centimètres de son visage. Limier attrape son poignard. Le droïde scanne son conduit avant d’emprunter une galerie perpendiculaire.
Il retrouve l’intimité de la liaison SimStim© avec l’espionne alors qu’elle menace le personnel du laboratoire avec son pistolet à éclats. Puis elle ordonne à un des techniciens en combinaison pressurisée d’effectuer des recherches dans l’ordinateur.
Il reprend sa progression dans des conduits tout juste assez haut pour lui permettre de ramper. L’effort lui arrache des grimaces et il se maudit comme au temps de sa traque dans la nasse.
Les intersections affichent des bandes verticales vertes maintenant qu’elle arpente les niveaux de surface. Elle usurpe l’identité d’un coursier orbital qui quitte l’arcologie avec la prochaine navette. Les premiers rayons de soleil traversent l’astrogare et la journée promet d’être belle. Sa cuisse explose en même temps que la charge creuse du projectile. Limier se mord le poing pour ne pas hurler.
Spectre gît sur le dos, sa jambe gauche forme un angle bizarre et une tache sombre s’élargit sous sa blessure. Un morpho à la jeunesse suspecte franchit le cordon que les agents de sécurité forment autour d’elle et s’accroupit à ses côtés.
— Je ne vous croyais pas capable d’arriver aussi loin.
Son regard dément l’amabilité de son sourire.

Étoile binaire 7 : Extraction//Paul Fichtre ©

série#08ETB.06

L’aéroptère, rectangle noir mat à absorption d’ondes encadré par quatre turbines circulaires, épouse le relief sans bruit. L’habitacle baigne dans la lueur de l’hologramme tactique qui égraine le temps qui les séparent de l’arcologie de Maas Biolabs® — écrin naturel à énergie passive qui assure une autarcie totale et harmonieuse à ses résidents.
Limier dort dans le berceau anti-crash en face du sien. Des jambes arquées, un torse large et puissant, un visage en pointe à la mâchoire proéminente encadré par des cheveux noirs épais comme soufflés par un ventilateur. Le répliquant grogne à chaque turbulence quand un de ces sons se transforme en râle de douleur. Il frappe plusieurs fois le dossier du berceau voisin avec son poing gauche avant de réussir à le desserrer. Quand son regard gris acier croise celui de Spectre, elle voit sa détresse. Signe avant coureur de fin de vie. Elle va pour le réconforter quand l’alarme tactique résonne dans leurs interfaces et le copilote actionne la trappe arrière.
Ils fendent la nuit sans étoiles. Héros déchus a l’orbite déchiquetée qui prient pour que les pales de la cheminée de ventilation ne les broient pas. Les harnais anti-gravité freinent leur plongeon et ils touchent le sol léger comme des plumes. L’adrénaline leur arrache des sourires exaltés. Les détecteurs disséminés dans le conduit croient à la présence de débris, mais ils se dissimulent en attendant la venue d’une équipe de contrôle.
La porte découpe un rectangle lumineux dans le mur et une ombre s’y encadre en pénétrant dans la tour de ventilation. Le technicien active une console holographique murale pendant que le drone arachnéen qui l’accompagne disparaît dans les hauteurs de l’installation. Spectre se glisse derrière le répliquant qu’elle déséquilibre par un balayage avant de le plaquer au sol où elle le maintien fermement. Puis elle approche son visage du sien en ouvrant démesurément la bouche pour procéder à la substitution. Elle aurait préféré que Limier n’assiste pas à ça.

Étoile binaire 6 : Infiltration//Paul Fichtre ©