#0728.021118

Nous l’avions toujours tenue pour une démente, une obsédée pour qui astiquer cuivres, boiseries et argenteries était la raison de vivre.
Une nuit qu’elle usait la grande table où nous avions festoyé en famille, ma vieille tante découvrit, sous les couches de vernis, à même la matière élimée du bois, des symboles. Jusqu’au matin elle frotta avec un démentiel acharnement pour mettre à jour quelque chose comme une fresque composée par les veines du chêne ; non d’abstraites arabesques comme quelconque essence peut en offrir, mais bel et bien une représentation aussi infâme que merveilleuse ainsi que l’on en aurait rencontré si Doré, Bosch et Goya s’étaient ensemble ligués pour user de la sanie de leurs cauchemars afin de composer une sardonique eau-forte. S’y confondaient anges mutilés et astres foudroyés, des panoramas bucoliques entremêlés de contrées apocalyptiques et de reliefs oniriques, un lac sanglant sur lequel glissaient des cygnes déiphages formant une manière de firmament à un ineffable ensemble cosmique.
Dans un mutisme dévot et sacré, jusqu’au soir nous la suppléâmes dans son entreprise de rabotage. Lorsque la nuit se leva et que nous nous rendîmes compte que nous devions allumer les candélabres pour pouvoir continuer, nous découvrîmes que ces gravures formaient de complexes lettrages, certains évoquant les runes vikings, d’autres les lettres cunéiformes sumériennes, ainsi que des alphabets latins ou cyrilliques – et probablement d’autres que nous ne connaissions pas. A la loupe nous pouvions lire de microscopiques symboles dans ce qui, de plus loin, formait des lignes ; à distance c’étaient les personnages et les paysages qui formaient d’immenses caractères.
Fut-ce l’usage immodéré et irraisonné de divers solvants, ou le mystérieux dessein de quelque transcendance, toujours est-il que la table commença à se dissoudre par le dessus. Des bubons et des tumeurs malsaines cloquèrent à même la matière en libérant d’écœurants miasmes. Des feux-follets émanèrent des écumes de cellulose pour gangrener l’atmosphère en flottant pareils à des boules de foudre nous obligeant à fuir les lieux.
De la table de Babel – ou table d’Enoch, comme nous la nommons indifféremment -, ne subsistent que quelques viscosités acides. De ma tante ne reste qu’une aliénée qui, désormais, frotte absolument tout et tout le temps dans l’attente désespérée de retrouver les frénétiques hermétismes trop fugacement entraperçus.

Table d’Enoch//Francis Thievicz ©

Publicités

#0727.201018

Je m’étais trouvé un lieu assez éloigné de tout pour oser poser mon chevalet sans risquer de me faire déranger, et j’avais déjà écrasé quelques pigments lorsqu’un loqueteux remonta la colline, réclamant de sa voix rauque de l’eau. Lorsqu’il fut enfin assez proche je lui tendis ma bouteille sans avoir à quitter mon inspiration, mais il se pencha au-dessus de mon épaule, répandant ses miasmes en maugréant à propos de mes erreurs, de mon manque de talent et commentant la déficience présumée de mes yeux.
« N’auriez-vous pas mieux à faire, par exemple partir trouver un ruisseau où vous abreuver et vous laver sans avoir à m’importuner ?
– C’est que je viens de là-bas, et durant tout mon trajet je n’ai croisé âme qui vive, cela me fait plaisir de parler.
– Eh bien, deux ou trois heures de marche et vous ne souffrez plus la solitude ?
– Deux ou trois heures ? s’interrogea-t-il. Non, non, bien davantage, continua-t-il pour lui-même, bien plus mais combien ? Une vie, un éon ? Combien, combien de temps ? Combien de temps ? » hurla-t-il tout à fait noyé dans sa démence, arrachant des lambeaux de peau entiers de son visage, martelant son nez et ses lèvres de ses poings, pleurant pareil à un enfant.
Si je partis sur ses traces, ce ne fut pas par compassion pour ce misérable, mais parce qu’il avait volé ma besace et s’était enfui avec. Lorsque je fus sur lui il était déjà mort, déjà un immonde et pestilentiel cadavre à moitié décomposé.
Sur le chemin du retour deux heures m’étaient nécessaires pour parcourir ce qui, dans l’autre sens, était un pas. D’abord je comptai, puis, au bout de quelques semaines, à évoluer statiquement dans ce paysage monotone et dément, j’abandonnai mon calcul.
Des détails apparurent sur l’horizon et aux alentours, non des mirages mais bel et bien des éléments nécessitant de longues contemplations pour se révéler. Derrière les atomes d’air, sous certains replis de l’éther, des ombres aussi fugaces qu’informes rampaient sous ce soleil incarnat refusant de se coucher.
La plaine ondulait ; elle n’est pas aussi uniforme qu’on le penserait au premier abord : des gouffres et des monts l’habitent, des ondes la parcourent, des musiques la hantent, des choses la rongent.
Je ne suis plus de ce temps désormais, je suis du sien. Elle m’appelle et je la veux.

L’homme qui m’avait conté ce récit retourna d’où il venait, dérobant ma blague de tabac comme pour m’inciter à le poursuivre. Traitez-moi de couard mais je l’ai laissé faire et m’en suis retourné à ma vie prosaïque.

Lucifuges 3//Vid Nichtakovitch Toth ©

#0726.101018

Comme en maintes histoires authentiques, la cause de ce drame fut une femme, l’une de ces dégénérées charriant leur goétie atavique à même leur infernal sexe : même si leurs intentions sont louables, elles ne sèment qu’horreurs et vésanies.
Mon épouse avait trouvé que le vitrail de la vieille chapelle attenante à notre demeure était absurde parce qu’il n’y filtrait aucune lumière. Lorsque je lui expliquai que nous ne pouvions percer d’ouverture parce qu’un mur porteur se trouvait derrière – et que cet inepte agrégat de débris de verres colorés n’était qu’un trompe-l’œil – elle ne voulut rien y entendre et exigea qu’une niche soit creusée pour y passer des cierges.
Que la damnation frappe éternellement les hommes et leur faiblesse de ployer face aux succubes comme ils ne sauraient ployer même sous la torture devant quiconque !
Sitôt la première flamme portée, des miasmes se répandirent dans toute la propriété, ce qui incita ma femme à faire brûler de l’encens pour je ne sais quel saint. De l’encens… Mais que peut l’encens contre les remugles infernaux charriés par la lumière elle-même ? Que peuvent quelques parfums contre les créatures nées des jeux de camaïeux blasphématoires, ces tentacules bariolés aussi grotesques que répugnants, ces écœurantes chimères éthérées, et toutes ces frénétiques apparitions frétillant en attendant quelque chasse sauvage ? Que peuvent les fragrances lorsque de sinistres martellements trahissent une œuvre rutilante impossible, une symphonie de rais creusant la réalité pour tirer de leur sommeil des démons oubliés, une cacophonie bourdonnante semblable à une foudre éternelle ? Que peuvent donc ces fumerolles complices des malfaisances y laissant trace de leurs reptations, nimbant les louvoyantes sanies et les purulences d’une obscène pudeur ?
Et désormais les rires… Ces émétiques éclats de rire !
« Si tu savais, murmure ma femme entre deux infâmes esclaffements, si tu savais combien rien n’est comme il paraît. La lumière est plus sombre désormais. »
J’ai verrouillé la porte lorsqu’elle s’est crevé les yeux. Qu’elle pourrisse désormais avec la vermine. Bientôt les cierges se seront consumés, bientôt tout se sera dilué dans l’obscurité.

Lucifuges 2//Vid Nichtakovitch Toth ©

#0725.290918

Il avait cette démarche qu’ont ces individus qui se sont libérés de toute peur et de tout ennui, ces aristocrates de l’esprit ayant transcendé trop de sujets pour encore s’affliger du moindre souci prosaïque. Sa toilette n’était pas plébéienne mais terriblement élimée, davantage usée que s’il l’avait portée un siècle durant. Avec nonchalance il déambulait sur la place en s’arrêtant parfois pour invectiver le soleil ou les cierges mis à brûler dans les niches du mur de l’église.
Si je n’avais dernièrement passé tant d’heures à méditer sur Diogène le chien et ses divines pensées, je crois que la honte de passer mon chemin n’aurait pu endiguer mon envie de fuir celui qui, de toute évidence, était aussi explosif que de la nitroglycérine. Instinctivement, chacun évite ce genre de personnage vraisemblablement livré aux prises de la vésanie ; pourtant, de l’aliénation à la liberté, il n’y a qu’un point de vue.
Je me contentai de le suivre en me portant parfois à son côté, comme son ombre aurait pu le faire si le soleil s’était mis à tournoyer dans le ciel ; et il m’ignora, ainsi que je n’aurais osé l’espérer. Véritablement, il y avait de l’ascète dans ce vagabond cosmique, une puissance se dégageant de cette physionomie décatie et malingre dont on aurait eu peine à donner l’âge. Ses yeux à la cornée lactée toisaient des horizons invisibles et invraisemblables.
Lorsqu’il déboutonna sa chemise j’eus crainte, un instant, d’avoir affaire à un vulgaire fou, mais lorsqu’il tira sur son pantalon en faisant claquer ses bretelles, je n’eus plus de doute. Enchâssé au niveau de son nombril, un majestueux éclat, un squame de lumière primordiale mise à affiner dans quelque repli inconnu de l’univers. Je ne fus pas aveuglé bien que je ne pus plus rien percevoir des choses qui m’entouraient, mais au contraire je vis autour de moi l’espace se nécroser pour tenir dans la main, et sa nature lumineuse se solidifier.
Ma mâchoire s’était affaissée d’ébahissement et le prêcheur n’eut qu’à jeter le monde dans ma bouche avant de s’en aller.
Désormais moi aussi je me moque de l’astre autour duquel nous tournoyons en vain, moi aussi je ricane face aux flammes et aux pâles lueurs, mais je feins encore d’admirer d’ineffables merveilles. Il me faut encore le voir, encore le contempler, ce qui est en moi. Je vais m’ouvrir le ventre et, alors, je serai vraiment transcendant.

Désolé pour le sang : je tends à la transcendance//Francis Thievicz ©

#0724.180918

Sous les pierres levées il n’y avait rien, mais à l’intérieur, lorsqu’elles se sont brisées… A l’intérieur : de sardoniques et placides lumières qui vous poissaient, des lumières dont vous ne pouviez vous débarrasser et qui vous collaient à l’âme.
Ils ne meurent pas. La vie n’est qu’un jeu pour eux, seulement une péripétie, un hoquet du chaos, une escarbille d’éon, eux pour lesquels le temps n’est qu’un anodin éclat.
Nous ne les avons pas tirés de leurs transes, de leurs voyages, de l’une de leurs existences. Ils sont pareils à des dieux placés devant des miroirs fragmentés, myriades sont leurs reflets, légion sont leurs incarnations, nuées sont les songes qu’ils produisent et dont ils naissent.
C’est l’un de leurs atomes que nous avons brisé, seulement la pâle lueur d’éblouissants néants fertiles.
Un seul de leur atome, sans pouvoir, sans venimosité, seulement sa monumentale vérité broyant toute forme de conscience. Seulement l’atome de l’un d’eux !
Nous n’avons qu’entrevu leurs monumentales dimensions, à peine aperçu leurs danses sur les reliefs au-delà du cosmos, et cela suffit à brûler nos âmes sur un nauséeux bûcher ; nous avons instinctivement fui sitôt les gluantes iridescences jaillissant des monolithes brisés, nous n’avons deviné que par les ombres projetées, mais ce furent des siècles et des siècles qui nous abîmèrent sous leurs suprêmes démesures, des savoirs éphémères mais infinis qui ont tendu la substance de nos esprits jusqu’à les déformer. Comprenez-vous ?
Parmi nous il y en eut pour s’arracher les yeux, d’autres pour claquer des dents jusqu’à se les briser, un autre usa de la barre qui nous servit de levier pour se percer la cage thoracique en hululant des cantiques aux ineffables impiétés.
En songe, lorsque ma volonté ne contraint plus ce qui infuse désormais en moi, je les revois, ces couloirs pareils à des crevasses aux parois plus hautes que le firmament, je les parcours sous les nébuleuses que sont leurs gestes, sous les vastes structures cosmiques que sont leurs voix.
Après cela on ne décèle que ténèbres en notre monde, on se dévore les lèvres lorsque l’on entend quiconque se targuer d’érudition, on expire de spleenétiques haleines en songeant à l’impossibilité d’avoir tout apex sous soi désormais, de seulement prétendre vivre et de n’avoir à admirer qu’en un impénétrable ailleurs.

Lucifuges 1//Vid Nichtakovitch Toth ©