#0733.050119

Tout nous est offert, mais nous, singes grégaires, déchets ophidiens pour qui toute transcendance est une prosaïque métaphysique, nous, pragmatiques besogneux serviles, nous ignorons. Nous ignorons avec une crasseuse majesté, trônant avec fatuité sur nos sciences béotiennes, refusant de savoir -car, en vérité, nous avons les capacités.
Evidemment j’entends d’ici les vipérines langues siffler que l’on ne me comprend pas, que je suis un fou bon à publier ses illuminations sur le tissu molletonné de sa cellule plutôt qu’à l’attention de tout le monde ; je ne répondrai pas à ce genre de commentaire prouvant que le lecteur est incapable de saisir que les mots ne sont que d’opaques vaisseaux de vérités chatoyantes, par essence ineffables et hermétiques.
Tout n’est qu’ondes (vibrations de l’éther), ce n’est plus à prouver. Les couleurs ne sont que les lacunes dans la blancheur infinie réfractées par les leurres de ce que nous nommons réalité. Les sons ne sont que des ténèbres perçant le frauduleux silence. Les songes sont des lueurs invisibles révélées par l’affaissement des sens.
Les saints et les mystiques, eux, ont tendu à cette révélation que tout est lumière, que nous vivons dans l’ombre d’un dieu cyclopéen, un mauvais démiurge, un Adonaï mesquin, un Allah jaloux dont la seule miséricorde est l’enseignement de la souffrance et du zuhd, un mâyâ enlinceulant nos volontés, etc. Étudiez, bon sang, étudiez les écritures : les flamboiements de Kâli, les brûlures du tapas, les vérités omnipotentes et aveuglantes de Lucifer, les anges se transportant plus vite que la lumière (à la vitesse de la pensée), les ténèbres promises par cette mort révocable qu’est notre vie.
Un instant, infini et intangible, je les ai pénétrés ces univers et ces éons où temps et espace se dissolvent en une suprême essence, où les frontières se replient sur elles-mêmes pour introduire les extériorités au cœur de ce système auquel rien ne peut être étranger.
Où les sutures se rejoignent – des fontaines de vie, des concentrations d’éclats telles que rien n’y peut voisiner ni pénétrer, mais où tout y peut naître et surgir.
Ce fut là que je fus placé après mon accident, de là que je contemplai et reçus le fragment luminique. Je sus ce qui grouille entre les fréquences du temps, ce qui rampe entre les crêtes des instants, je sus les visages frénétiques, je sus les spasmes de la représentation, je sus qu’aucune flamme n’est, je sus que le feu noir est le même état que celui des extases.

Lucifuges 5 : Nulle onde dans la danse de Kali//Vid Nichtakovitch Toth ©

Publicités

Une réflexion sur “#0733.050119

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s