#0730.241118

Seule la plèbe s’extasie de l’éclat clinquant des gemmes ; les esthètes et les rêveurs savent que, davantage que la valeur marchande, ce sont les tragiques éclats, le sang versé, les péripéties, l’exaltation de passions ténébreuses qui dotent certains bijoux d’intérêt.
Par un curieux hasard je retrouvai le médaillon passé au poignet de miss Margaret. Elle le gardait sous ses manches, mais le besoin était trop impérieux pour qu’elle ne pût modérer ses discrètes consultations.
Je l’avais possédé, à cet âge où l’on n’a rien sinon ses espoirs. Je ne me souviens plus comment je l’avais acquis ni comment je l’ai perdu, mais ce médaillon était la seule chose qui méritât alors d’exister à mes yeux. Sans cesse l’ouvrais-je pour contempler ce camée aux envoûtants reflets nacrés.
Je l’avouai à la pâle miss Margaret mais elle réfuta que ce fût le même :
« Elle n’a jamais été qu’à moi. Quiconque l’a naguère possédée n’a jamais percé son secret. Vous pouvez l’avoir observée, vous pouvez en avoir été le propriétaire, mais elle a toujours été mienne.
— Allons, très chère, je sais ce que vous vivez pour l’avoir moi aussi éprouvé.
— Mensonges ! Savez-vous qu’elle tire parfois un éventail chinois caché dans ses cheveux pour se rafraîchir ? L’avez-vous déjà vue passer ses délicates mains sur sa gorge pour se parfumer en se caressant d’un mouchoir trempé d’huiles rares ?
— Je le sais.
— Mensonges !
— Je le sais, car moi aussi je lui donnai mon sang par cette aiguille creuse saillant du fermoir.
— Vous aussi…
— Mais il n’y a là qu’aride science et perfidie.
— Non ! Elle brode des poèmes dans les ténèbres qui l’entourent. Affamée, elle murmure des mélopées solitaires ; ivre de ma vie, elle chante des arias blasphématoires me consacrant déesse de toutes les déesses.
— Une drogue qui remonte par l’aiguille, rien de plus. »
Elle nia, elle ouvrit le médaillon et me montra la femme gravée là, mais je lui fis remarquer que le portrait restait inerte et muet. Elle protesta, pleura, pesta, se piqua à maintes reprises jusqu’à répandre du sang sur ses toilettes et au sol, puis elle me congédia sans obtenir mon approbation.
Bientôt miss Margaret perdra, elle aussi, le médaillon. Elle m’accusera et je nierai, cela durera un mois, peut-être deux, et, comme moi, elle l’oubliera. Un ou deux mois à tenir sans partager ma vie avec l’ineffable ange, et enfin retrouverai-je celle qui, depuis si longtemps, avait laissé cet incommensurable vide dans ma vie.

Le médaillon empoisonné par un ange//Francis Thievicz ©

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s