#0677.060718

Ce n’était pas Noël, mais les ruelles étaient couvertes de guirlandes invisibles à l’œil nu. Deux individus dissertaient sur le phénomène, engoncés dans leur taffetas, gros oiseaux effrayants qui jouaient de la baguette, coiffés d’un chapeau mou et d’une tunique noire.
Ils n’avaient d’yeux que pour les miasmes qu’ils disaient suspendus dans l’air, responsables de la peste éradiquée depuis deux ans, persuadés que ces postillons guettaient l’instant de la récidive, et ils avaient imaginé accrocher entre les maisons des fils pour les retenir et prévenir une épidémie. Ils étaient obsédés par cette maladie qui se tapissait dans l’ombre. Ils grimaçaient devant les fourrures, frappaient de leur bâton les enfants courant comme des rats dans les artères obscures. Ils ressemblaient à des tourterelles à col blanc, ne cessaient jamais de débattre, sentaient l’ail et l’encens, s’enfonçaient des plantes odorantes dans tous les orifices : de la rue leur bouchait le nez et d’énormes bésicles les rendaient monstrueux. Les miasmes glissaient sur eux ou s’attachaient aux fils prévus à cet effet.
Une femme vêtue de velours s’approcha de ces deux oiseaux — on les appelait des « chicoyneaux » depuis que le régent de la Faculté de Médecine avait importé à Marseille cet habit étonnant — et elle jeta, sur le Vieux-Port, des miettes à ces pigeons. Les hommes de science s’offusquèrent : qui était cette folle qui leur lançait de la mie de pain ? Ils tentèrent les coups de baguette, mais elle y resta insensible. Alors, les chicoyneaux furent effrayés : ils virent les flocons de miasmes tomber sur la robe de velours. Ainsi naissait la peste ! Tout allait recommencer ! Ils se précipitèrent à l’eau et se noyèrent sans aucun secours, sous les yeux d’Astérine qui riait aux éclats devant ces mouettes suicidaires.

Canines et Flore 71 : Chicoyneaux (1724)//Céline Maltère ©

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :