#0502.120118

« Approchez madame, approchez monsieur. Ne craignez pas la lumière timide que je prodigue sur mes bocaux. Trop de visibilité rendrait leur contenu prosaïque et susciterait votre désintérêt. Ce clair-obscur, également, me plaît. Aussi je peux lire les sentiments qui vous animent lorsque je vous montre mes échantillons et je peux deviner ce qui vous agréerait sans que vous ayez à prononcer un mot. Au fond, nous tendons à un dénouement identique même si les moyens d’y parvenir changent selon que nous sommes homme ou femme, lymphatique ou bilieux. Qu’importe votre humeur et qu’importe le flacon. Approchez et examinez la couleur ambrée de cette eau du Fleuve égarée dans les tourbières, considérez le contraste avec la limpidité du liquide qui n’a connu que la froidure de son glacier… la pureté des origines. Regardez bien, jouez avec les transparences et les teintes. Nous avons du sable et de la boue ; nous avons des galets qui vous procurent la surprise de leur salaison dès lors qu’ils roulent dans votre bouche, alors qu’ils furent cueillis sur les berges de la principauté de K. Nous avons des limons odorants et cette sorte de goudron en suspension dans une eau qui ressemble à de l’huile. Tout provient du Fleuve. Toutes ces substances ne soignent rien, quoique vous en disent les charlatans. J’ai passé ma vie à les prélever et je vous les cède pour une fortune. Je disperse ce qui ne s’avéra même pas une collection, mais le résultat d’une lente descente, bien avant de voir l’embouchure ; je dilapide cet assemblage comme les morceaux d’une vie : disparates et sans signification particulière pour beaucoup d’entre eux. Je les cède parce qu’ils sont là, je les vends parce qu’ils m’encombrent. Venez, madame, monsieur, examinez ces restes bien conservés dans des bocaux propres. Ne cherchez pas le sens de cet étal, ne tentez pas d’acquérir l’ensemble. Tous ces vestiges sont destinés à être orphelins, comme les morceaux d’une existence qui se délite au moment d’une agonie, à l’entrée du delta. »

Chronique du Fleuve : Les bocaux//Yves Letort ©

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :