#0501.110118

Il venait juste de sortir du cabinet lorsqu’il trouva un coin à l’abri des regards pour arracher le pansement et, ôtant le bouchon avec les dents, oindre sa plaie avec une colle forte. Un instant d’hésitation l’empêcha de remettre la gaze. Laissant sécher la colle amassée en épaisses couches, il souffla dessus d’une manière qui dut lui paraître discrète mais qui capta l’attention de toute la salle d’attente.
Alors il sortit, son autre main posée sur celle blessée pour la protéger, et il s’en alla.
Dehors il dévala la rue et trouva place sous un candélabre pour examiner l’œuvre. Hélas la seconde main s’était collée à celle soignée dont la colle avait enfin pris.
Je voulus lui proposer mon aide, lui expliquer que j’étais médecin et que celui qui l’avait pris en charge était un confrère, mais il prit la fuite avant d’enjamber un parapet et glisser sur les pavés mouillés en se réceptionnant maladroitement. Je le découvris presque inconscient, délirant, évoquant « les signes ».
D’une gifle je l’endormis et séparai les deux mains avec mon canif, non sans avoir ôté des lambeaux de colle qui arrachèrent quelques points de suture.
Sitôt fut-il tiré de sa torpeur qu’il saisit mon couteau et planta la lame dans la plaie avant de rugir et se taillader l’avant-bras et la cuisse. Puis il fit courir la lame sous la peau avant de l’entailler perpendiculairement et la soulever effroyablement.
Il but une fiole qu’il avait tirée de son vieux veston – toute la fiole, contenu et contenant – puis s’amputa la première main et s’en alla dans la nuit.
Elle était encore active, cette main blessée et solitaire, mais étrangement devenue squameuse, suppurant une matière visqueuse dans laquelle de longs et fins vers nageaient. En quelques instants elle prit des couleurs bleuâtres et se recroquevilla avant de se rouvrir en libérant des myriades d’asticots se dispersant et ne laissant derrière eux qu’os rongés et cartilages en lambeaux.

Ce qui grouille dans certaines plaies//Francis Thievicz ©

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :