#0378.100917

Je regardai la bestiole installée près de moi à la place du mort… Bestiole… C’était sans doute un terme insultant, puisqu’on m’avait appris que c’était une créature mythique, un amikiri, mélange d’oiseau, de homard et de serpent.
La seule chose qui demeurait de mon épouse, c’était ce regard, humain, dans lequel se lisait sa fureur sans bornes d’avoir été ainsi métamorphosée.
Je l’avais mise dans une grande cage. C’était plus pratique…
« On arrive, ne t’en fais pas ! »
Avant de quitter le Japon, on avait fait une dernière tentative. On avait appris qu’il y avait à Kagoshima une sorte de guérisseur.
Nous étions arrivés une semaine plus tôt pour un séjour. Féru de culture japonaise, j’en rêvais depuis toujours.
Ce n’était pas le cas de mon épouse. Elle détestait et méprisait le pays, les gens, leur manière d’être, la culture japonaise. Elle ne s’était pas gênée de me le faire savoir. Elle parlait beaucoup, et fort.
Et elle l’avait payé très cher.
Dans un restaurant, un homme qui apparemment comprenait le français avait tout entendu. Il s’était approché et s’était mis à parler dans un japonais très rapide, saccadé. Je ne comprenais que partiellement la langue, mais suffisamment pour savoir qu’il nous vouait nous et nos descendants aux pires tourments.
Et effectivement, il a fait en sorte que ma femme, une ravissante blonde plantureuse, devienne, sous mes yeux un amikiri.
Cela ne m’avait pas vraiment surpris. Je savais que le Japon était un pays de légendes et de mystères.
L’homme miracle me reçut avec ma cage à la main. Une fois que je lui eus tout expliqué, il eut un large sourire navré.
« Je ne peux rien. Je ne connais pas les termes de l’enchantement. »
Alors, on est repartis pour l’Europe.
Ça s’est produit de retour à la maison. En une seconde, elle a retrouvé forme humaine, faisant éclater la cage.
On a retrouvé nos habitudes, notre vie en commun. Ses plaintes constantes.
J’ai parfois envie de retourner au Japon, retrouver l’homme pour lui demander sa formule magique. Je l’aimais mieux comme ça !

Amikiri 1 : C’est parti mon amikiri !//Jérôme Bertin ©

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :