Il consulta ce qui lui faisait office de sextant avant de le replacer dans la poche de son gilet, lampa un peu de ce liquide délétère dont il avait rempli sa flasque, rangea loupe et calepin, observa attentivement l’horizon, puis ricana une dernière fois en frappant du pied la planète et le satellite sur lesquels il avait pris appui, avant de sauter jusqu’à la ceinture d’astéroïdes dont il souilla ses chaussures, mais qui lui permit d’atteindre une autre galaxie à explorer.

Le père des nébuleuses//Francis Thievicz ©

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s