« C’est pas bientôt fini ce vacarme ?
– Au lieu de râler venez plutôt nous aider !
– Vous aider à quoi ?
– Gavdh’ahshniva, il a réussi.
– Que peut-il avoir réussi ? Les seules fois où j’ai pu le voir il était à frapper avec sa tête à une fresque dessinée sur un mur.
– Voilà !
– Voilà, quoi ?
– Voilà, il a réussi. Il a passé sa tête par la fresque. »
Le corps était fiché à même la structure du mur, le cou parfaitement serti, encore respirant jusqu’à ce qu’une maladroite frappe de marteau de La Verdière ne lui brise les vertèbres.
Lorsque nous réussîmes enfin à détruire le mur, nous ne découvrîmes aucun élément organique de la tête de Gavdh’ahshniva, depuis la glotte jusqu’à la cime de sa calvitie, il n’y avait plus aucune trace de lui.

Le passage de la fresque//Francis Thievicz ©

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s