La comète percutera la terre demain matin. Aux premières heures du dernier jour.
Elle arrive. Et je n’arrive pas à réaliser. C’est comme lorsque l’on attend la naissance d’un enfant. Lorsque l’on essaie en vain de prendre conscience de l’ampleur de l’événement.
La comète arrive et je reste là saisi d’une inertie foudroyante.
Pourtant, je la vois cette comète. Je l’imagine crachant dans l’obscurité des geysers de gaz, filant à travers le vide, sa queue s’étiolant en une kyrielle de cristaux de glace. Je sais à quoi ça ressemble une comète, merde !
Je ne me fais pas à l’idée que demain tout sera fini. Moi, nous, la Terre, tout ce qui est vivant et sous mes yeux. Tout ce qui est important. Bien qu’après tout, je ne parvienne plus à savoir si c’est triste. Ça a un côté tellement irrémédiable que ça nous remet tous à notre place.
Je bois une gorgée puis m’entends hurler :
« L’ère de l’homme est moribonde ! »
La vie terrienne elle-même n’aura été qu’une fulgurance cosmique, qu’un battement de cil de dieu. La comète va percuter la terre, la déchirer. Puis il y aura une seconde Lune. C’est ce que l’on entend aux informations.
La comète arrive et tous semblent savoir comment réagir. Certains écrivent. Comme s’il pouvait bien rester encore quelque chose de leurs pensées, de leurs idées après des réactions nucléaires en chaine ! HAHAHA ! Comment peuvent-ils penser que leurs papiers et leurs données virtuelles résisteront ? Pauvres humains !
D’autres ont décidé de se faire la guerre. Au cas où ça leur manquerait ! Vous avez raison : mettez-vous dessus avant de disparaitre : bravo ! Histoire de prouver que la guerre n’a toujours été que la meilleure occupation sociale.
D’autres encore boivent, forniquent, pleurent ou prient.
Je reste là à les regarder.
La comète arrive. Je la vois laissant une trainée rose-orangée dans le dernier ciel : ultime note de poésie avant le grand chaos.
Elle arrive.
Je me mords l’intérieur des lèvres.
J’ai peur !

Demain, une comète 2: Aux premières heures du dernier jour//Nicolas Villain ©

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s