Le Docteur Waxlin était l’inventeur d’un gant massif et lumineux auquel rien ne résistait : testé sur les femmes et les bêtes, il avait fléchi toute matière. Sa main de fer n’effrayait pas, cousue de cette peau inédite qu’il avait mis vingt ans à fabriquer. Il n’avait pas voulu partir avec ses acolytes sur ce tandem astral qui avait certainement basculé dans le vide :
« Se conduire avec légèreté lorsqu’il s’agit de l’univers ! » Dans son laboratoire, il avait calculé, pensé. Il était tombé amoureux de son sujet d’étude. Il érotisait chaque étoile, se déclarait aux planètes, et chaque vapeur chimique lui rappelait l’au-delà des atmosphères. Il avait renoncé à transmettre son savoir, à moins qu’on ne l’eût privé de sa chaire pour son comportement déviant. Mais cela lui donna du temps : il voulait découvrir le moyen imparable de déshabiller les trous noirs.

Canines et Flore 46 : Stripeutise//Céline Maltère ©

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s