Nous croyions au bruit du tonnerre, mais le ciel était bleu quand des pinces surgirent de nulle part.
À l’évidence, il n’est ni unique ni barbu ; il contrarie nos désirs anthropomorphiques : Dieu grouille en mille pattes de crabes qui craquettent, il prolifère dans les nuées et surtout, il a faim.
Les avions tombent et les oiseaux s’enfuient. Bon nombre d’entre nous sont soulevés, disparaissent derrière les nuages.
Minoris quam muscae sumus… Nous autres mortels ne connaîtrons jamais de lui qu’une gueule multiple et famélique.
Et moi, quand vient mon tour, je m’attends à mourir très vite… Mon dieu savoure et temporise : c’est un gourmet qui prend plaisir à me rouler dans une mine de sel.

Canines et Flore 44 : (Allah) Croque au sel//Céline Maltère ©

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s