Le Fantôme du Passé n’irait pas plus loin.
« S’il est vrai, soupira-t-elle, que vous voyez en moi une amie, faisons demi-tour ensemble. Vous oublierez, ici, sous le ciel d’été. »
Je la tenais contre moi, suppliant, caressant ; je la saisis, pâle comme un linge, mais elle résista.
« S’il est vrai, soupira-t-elle, que vous voyez en moi une amie, faisons demi-tour ensemble. »
Le Fantôme du Passé n’irait pas plus loin.

Le fantôme//Robert W. Chambers ©
Traduction : SRV

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s