5.

L’écran ne réagissait pas comme d’habitude. Quelques images semblaient vouloir surgir dans les crépitements et les demi-éclairs. Il accéléra la vitesse de rotation tubulaire et appuya sur un bouton qui pressa davantage le petit morceau cérébral que le mouvement rapide effaçait.
Soudain se déroula, sous ses yeux, un spectacle inédit : les gestes des personnages étaient accélérés… Un père, une mère, du sable, des rires, un tableau noir, des livres, le baiser d’une femme, un chien promené en laisse, des joncs… Les visages naissaient et fondaient dans la superposition de mille choses… Du bonheur, de l’envie, de la tristesse à l’état pur, des cartes et le désordre que l’on assemblait au hasard, loin des chronologies.… Les sensations prenaient corps sur l’écran, sans logique ; les sentiments se déversaient en lourdes pluies. Les couleurs étaient irréelles ! Ils étaient tous là, ses souvenirs, sur cette pellicule illogique que crachait le tissu organique. Et puis un abîme s’ouvrait, qui engloutissait, recrachait, dans une violence inouïe.

Canines et Flore : Remember 5//Céline Maltère ©

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s