Citer la cité des cités, c’est décidé,
Je fais une chanson sur la vieille ville avilie.
Trois coups, je lève le rideau du théâtre des ombres
Qui courent à cour, corps à corps sans cœur,
Costumes trois pièces et tailleurs de marque.
Paraît qu’elle a une âme, Madame.

C’est quoi ces jardins bordés de macadam ?
Ces arbres remplis de joyeux reptiles
Qui jonglent
Avec la pomme rouge
Parce qu’ils n’ont pas de verre à eux ?

Où sont les rêves d’un vers à soi ?
Traverser les glaces sans tain d’Alice,
Mais comment ? J’ai pas la clé.
Dommage ! J’aurais bien pris un bain
Avec les fées.

En fond de scène, messieurs Trucs et Machins,
Des gens très bien
Qui font mordre la poussière
À Des clochards qui n’ont pas oublié d’être fiers.

Aujourd’hui ressemble à hier, oui hier,
Et demain, parait que c’est pas le même fleuve.

A la criée,
Les vendeurs de poison
Harponnent les enfants
Et les filles aussi, sans joie,
Font pas long feu avec les feux follets en mal de tombes où scintiller.

C’est une belle ville,
Chante le notable.
Les bardes ont pourtant déserté le bitume
Il y a longtemps
Et trainent à l’ouest leur amertume avec les spectres des urnes.
Monsieur l’élu des foules
Possède un bon public qui bat des mains
Et se baigne encore et encore dans le même fleuve mort.

Je suis pourtant zen,
Mais je me traine,
Je traine ma flemme !
Je n’ai plus la flamme.
Dites-moi, madame,
Chuchotez-moi
Le nom de cette ville sans âme…
Villâme…Villâme…

Villâme//Agent M. ©

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s