Je me réveillai avec un oreiller plaqué sur le visage, apparemment on essayait de m’assassiner, on essayait seulement, car je ne me sentis pas du tout au bord de la mort, et j’attendis que mon assassin se lasse de maintenir fermement cet oreiller. Il le souleva pour vérifier si j’étais bien mort, ce qui ne fut pas le cas, alors il fit une nouvelle tentative. Les minutes s’écoulèrent sans que je m’en rendisse compte, sans que j’en souffrisse, comme si le temps était désynchronisé d’avec moi, de ce fait, j’arrêtai de respirer indéfiniment sans que j’en ressentisse la moindre gêne. Quand il retira l’oreiller une fois de plus, en espérant que je fusse mort, il me prit un fou-rire en raison du ridicule de la situation, finalement, il se découragea, mon assassin raté, et repartit comme s’il n’était jamais venu.

Assassin raté//Pascal Dandois ©

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s