Journal de bord du capitaine Titou, en contemplation devant ma console

Face à toutes ces possibilités que me réserve l’espace, il m’est impossible de savoir où j’aimerais mettre le cap. DreamON est hors de vue. Il va rappliquer. Grâce à mon nouveau système de communication, fait de ficelles et de pots de yaourts reliés et accrochés un peu partout, il m’est possible de tenir le crachoir sur tous les ponts du vaisseau. J’ai toujours su me faire entendre. Je me demande si ce système archaïque est vraiment utile. Pourtant, faire face à mon ingénieur, qui pourrait douter de mon autorité, ça ne me tente pas. Je suis trop perplexe pour me montrer. Il faut qu’il s’imagine que j’ai un plan…
– Votre attention. C’est le capitaine qui vous parle (hurlai-je à tout va comme si je m’adressais à un équipage invisible) ! Nous allons appareiller. Tenez-vous prêt, nous passons en vitesse supraluminique !
– Mais capitaine, je croyais que ce mode ne devait être utilisé qu’en cas d’urgence (critiqua DreamON en rejoignant le pot de yaourt le plus proche) !
– Je m’ennuie ! Si ça, ce n’est pas une urgence, alors je n’ai rien compris aux voyages interstellaires. Mais où aller ? Sur cette île, que je vois à l’horizon ? Pourquoi pas.

Le Capitaine Titou : Partie 2, La boîte noire du Sardinor, épisode 6//Poulpy ©

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s