A D.

Quand je regardais la créature, je cherchais à compter ses dents. Je guettais son sourire atroce, qui me rappelait les vieilles charretières que je croisais sur la route autrefois. Je la fixais beaucoup, fasciné par sa drôle de face : ses joues tombaient sur son menton, et ses yeux riaient méchamment. Elle semblait toujours pleine, malgré ses huit enfants. J’imaginais ses dents tomber comme des noyaux d’olives.
Je l’observais tellement…. Elle crut qu’elle me plaisait. Elle me fit les yeux doux, presque la roue plumée d’un paon ‒ il n’y a pas un monde entre un sourire et sa grimace ‒, et me donna rendez-vous sous l’arbre le plus triste qu’avait engendré la nature. Dieu que cette femme me répugnait dans ses robes à fleurs de cimetière ! Elle avait lavé ses cheveux. Pour décliner son offre, je lui répondis que j’avais peur de son mari.
Elle rit ! Vite ! Je comptai ses dents ! Je sortis mon calepin et notai :
« Manquantes : deux canines, trois incisives, une molaire. »
Le reste était du plomb.
Elle pinça ses lèvres absentes, consciente de son impair, fit la coquette en dodelinant de la tête. La sylve dromadaire rêvait d’une autre vie :
« A la nuit, je t’attendrai sous le saule pleureur. »
Pourquoi n’ai-je pas refusé ? Je longeai la rivière, couleuvre inoffensive ‒ j’eusse aimé qu’elle fût un python et qu’elle m’étouffât avant l’heure ! Je pensai à l’instant où je devrais l’étreindre. Je l’aperçus soudain, à la lueur de la lune. Baleine avide, ô loutre mal aimée !…
Quand elle ouvrit les bras, je crus que le ciel me piquait. Le baiser qu’elle me donna parut long à ma langue. Je me dépossédais dans la bouche édentée, sa salive en toile d’araignée, mais je ne perdais pas de vue mes calculs, concentré sur l’opération.
Je fus l’auteur de son neuvième enfant, l’amant en titre depuis le soir des saules… Pourtant, je ne me souviens pas des plis du corps obèse : il faudrait disséquer la chose, pour voir si l’intérieur a la même apparence. A quoi ressemblera l’enfant ? Je voudrais seulement qu’il ait des dents.

La grotte aux nouilles 5 : Dents de sylve femelle//Céline Maltère ©

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s