6

Fermez les yeux, ouvrez l’esprit :
Vous pourriez contempler l’orgueilleuse Cité, la belle Titanide.

7

Un maître abominable règne sur la Cité :
Nul ne subsiste à sa rencontre,
Rien ne scintille sous son index :
Il est le Roi Chaos.

8

Mais le visiteur est tranquille,
‒ Du moins en apparence :
Mille couleurs l’éblouissent, surgies de ces boutiques ;
De leurs parures dorées, les danseuses le captivent,
Et leurs robes invisibles à jamais le ravissent.

9

Parfois s’échappe de la Cité, s’emparant d’un corps endormi, une entité gluante ;
On nommera Folie l’anamorphose issue de cette emprise.

10

Un jour, j’ai vu un voyageur dévoré par un monstre.
Ou était-ce l’inverse ?…
Je ne suis sûr de rien.
L’un de ces êtres portait des dents comme des aiguilles.

La Cité des Brumes : strophes 6 à 10//Sylvain-René de la Verdière ©
Adapté en français par Céline Maltère ©

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s