sirene

Cela commença comme une mélodie formidable. D’aucuns firent mine de ne pas l’entendre, mais la complainte qui nous parvenait de quelque pièce escamotée détourna l’attention de l’assemblée. Elle nous subjuguait par ses vibrations déchirantes qui résonnaient jusque dans les plus infimes cellules de nos êtres.
Lorsque nous fûmes dans cet état proche de la pâmoison propre à ceux qui se trouvent sous l’effet d’un sortilège, les harmonies commencèrent à changer. Peu à peu, les tonalités cristallines se muèrent en un enchevêtrement de grincements sordides. La mélopée devint un râle infâme.
Nombreux furent ceux qui défaillirent ; nombreux ceux que délaissa la raison quand notre hôte révéla la créature claquemurée dans son boudoir et qui venait, lors d’un ultime envoûtement, de rejoindre ses ancêtres.

La quadrature de la sirène 2//Sylvain-René de la Verdière ©

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s