Le Clown tourna son visage poudré vers le miroir.
« Si être clair c’est être beau, dit-il, qui peut se comparer à moi, dans mon masque blanc ? »
« Qui peut se comparer à lui, dans son masque blanc ? » me demanda la Mort à côté de moi.
« Qui peut se comparer à moi ? dit la Mort, car je suis encore plus pâle. »
« Vous êtes très belle, » soupira le Clown, détournant son visage poudré du miroir.

La chambre verte//Robert W. Chambers ©
Traduction : SRV

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s