série#04LCT.002

Journal de bord du capitaine Titou, le 28 sixcinti an de la calebasse.

Il fait chaud. La mer est calme. Pas un souffle de vent. Les effets de ce désert ne semblent pas préoccuper l’équipage. Nous avons profité de cette accalmie pour piquer des têtes. Je commençais moi-même à ressentir un fourmillement dans mes petites palmes. Nager m’a épuisé. C’est l’heure de la sieste et j’ai grand besoin de laisser sécher mon épaisse fourrure. Ce silence… L’absence de terre et de navires rappelle à tous notre petitesse. Ah… Je me sens perdu dans un vaste espace…
Édit. À approximativement 15 h, nous avons commencé à entendre une sorte de tambourinement provenant du sas d’entrée. J’émergeais tout juste des brumes du sommeil pour découvrir mes hommes dans un état comateux similaire au mien. Voilà ce qui peut découler de ma trop grande magnanimité… J’ordonnai donc à la vigie d’ouvrir la porte à ce malencontreux visiteur. Ce qu’il fit, bien sûr, entre deux bâillements. Le facteur, dit-il en déposant un alléchant paquet sur mon ventre rebondi. C’est pour moi ? Chouette ! J’adore défaire les colis. Bien sûr, à ce moment-là, mon cerveau a tiqué : mais… ne sommes-nous pas seuls, en plein milieu de l’océan ?!

Le Capitaine Titou : Partie 1, épisode 2//Poulpy ©

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :