série#02LAL.09

« Tu comptes retrouver ton père comment, en passant une petite annonce ?
– C’est ça, fous-toi de ma gueule.
– Est-ce qu’il entretenait des relations avec une autre planète amie sur laquelle il aurait pu se réfugier ?
– Il allait très souvent sur Terra Nova 34 au point que les journaux pensaient qu’il avait une relation avec une Terra Novienne, ce qui n’a jamais été prouvé.
– Quelles étaient tes relations avec ton père ?
– Nous n’en avions aucunes, j’étais en pension, lui dirigeait le pays. Je passais de temps en temps au palais afin d’être présentée à quelques hauts personnages et pour apparaître sur les photos hologrammes officielles. Je faisais quelques gestes de la main aux foules assemblées devant le palais. Je faisais quelques gestes de la main, lançais des bouquets de fleurs fluorescentes sur le peuple, et puis on me ramenait au pensionnat. Là, j’avais une préceptrice qui s’occupait de moi, mais on avait quand même la gentillesse de me laisser voir quelques camarades.
– En gros, t’as jamais vécu avec lui .
– Ben non.
– Pourquoi tu tiens tant à le retrouver ?
– Pour qu’il t’abatte comme un chien pour m’avoir enlevée. Non, je rigole, c’est la seule famille qui me reste. En plus, je pense qu’en tant que président, il faisait du bon, boulot. Ce sont tes petits copains qui lui pourrissaient la vie ne faisant sauter des usines ou des navettes spatiales.
– Bref, tu penses que c’est quelqu’un de bien.
– Tout à fait. Et tu vas le voir par toi-même. »

On s’est lâché dans la capitale, on a cherché partout, dans les hôtels, les bars, les restaurants du centre, aucun Terra Novien n’avait jamais entendu parler d’Horres. La plupart d’entre eux ne savaient même pas qu’il y avait eu une révolution sur Sébastopol. En fait, ils ne connaissaient pas cette planète, ils avaient assez de mal avec leurs proches voisins, alors les Sébastopoliens…
En désespoir de cause, Sarah décida d’entrer dans le commissariat local. Elle s’y rendit seule. Je ne pouvais pas l’accompagner étant moi-même recherché dans plusieurs univers, même si depuis quelques années plus personne ne s’occupait activement de mon dossier de manière active d’après mes propres sources. Elle en ressortit au bout d’une heure avec un grand sourire.

Les Archives Lumière 0.9//Francis Péhot ©

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :