Reblog#0007

papier esthétique

Ce soir, comme je ne parviens pas à le voir, j’ai essayé d’enregistrer le son de ce fantôme qui, j’en suis certain, déclenche certaines nuits la lumière automatique de la cour intérieure. J’ai veillé un certain temps avant de m’endormir. Au réveil, à l’écoute, il n’y avait rien que celui, distant et sans fin, de la ville au-delà. Je ne me résous pas néanmoins à croire qu’il n’existe pas.

View original post

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :